Mon Cas

Je décris ici de manière succincte les grandes étapes de la construction de mon projet d’étude au Japon. Les évènements sont présentés dans un ordre chronologique. À chaque étape, la période de l’année de préparation correspondante est indiquée. Le calendrier ainsi dressé peut varier d’une université à l’autre, voire même d’un département d’étude à l’autre. Cet exemple donne cependant une idée du temps nécessaire pour monter un projet du genre et des délais auxquels s’attendre.

Double diplôme

J’ai intégré l’Université de Tokyo alors que je suivais un cursus de formation d’ingénieur en France. Plus précisément, j’ai effectué quatre années d’études supérieures avant mon départ : deux années de classes préparatoires et deux années d’école d’ingénieur à l’ENSTA ParisTech. À ce stade de mon cursus universitaire, j’étais donc en possession d’un Bachelor of Science dans le système international et passais du premier cycle (undergraduate) au second (postgraduate). C’était donc pour moi le moment d’envisager d’effectuer la suite de mes études à l’étranger, en substituant deux années de Master à ma dernière année d’école d’ingénieur. C’est ce qu’on appelle un « double diplôme », car à l’issu de ces deux années je serai diplômé à la fois de l’ENSTA ParisTech (diplôme d’ingénieur) et de l’Université de Tokyo (Master). La plupart des écoles d’ingénieur proposent ce genre d’opportunité.

Il est à noter que certains accords existent entre des écoles françaises et des universités étrangères. Dans le cadre d’un tel partenariat, les démarches sont évidemment grandement simplifiées. S’il n’existe pas d’entente entre l’école d’origine et l’université d’accueil, comme ce fut le cas pour moi, il faut s’attendre à passer beaucoup de temps à monter les différents dossiers nécessaires à l’admission. L’essentiel est d’entreprendre son projet suffisamment tôt. Pour mon départ en octobre 2011, j’ai entamé mes démarches en septembre 2010.

Choix d’un programme

La première étape dans la mise sur pied d’un tel projet consiste à choisir un programme d’étude. Le choix de l’université est bien sûr important mais ne doit cependant pas passer avant le choix du sujet d’étude. Dans mon cas, j’ai consulté les sites de nombreuses universités japonaises, notamment situées à Tokyo et à Kyoto. J’ai ainsi effectué une première sélection de programmes m’intéressant. J’ai retenu quatre programmes au total : un à l’Université de Tokyo, un à Keio University, un au Tokyo Institute of Technology (TokyoTech) et enfin un dernier à l’Université de Kyoto. Parmi ces programmes, celui de l’Université de Tokyo était celui qui m’intéressait le plus. Son intitulé est Nuclear Engineering and Management Master’s Degree (voir la section Todai -> Ma formation pour plus de détails).

Il est à noter que certains programmes permettent de postuler à la bourse du MEXT par recommandation de l’université alors que d’autres n’offrent pas cette possibilité. Il s’agit d’une composante importante à prendre en compte lors du choix d’un cursus. Se référer à la partie Les bourses japonaises pour plus de détails.

L’étape de recherche d’un programme d’étude n’est pas à négliger et nécessite un important investissement en temps. Dans mon cas, cette phase s’est étalée sur les mois de septembre et octobre 2010.

Constitution des dossiers

Les dates butoirs de dépôt des dossiers sont généralement fixées en décembre ou janvier pour les programmes proposant de postuler à la bourse du MEXT par recommandation de l’université d’accueil. J’ai finalement déposé deux dossiers de candidatures : un pour l’Université de Tokyo et un autre pour Keio University. Les principales pièces à joindre aux dossiers de candidature étaient :

  • les relevés de notes depuis le baccalauréat ainsi que leur traduction en anglais ;
  • une ou plusieurs lettres de recommandations ;
  • un certificate of expected graduation mentionnant la date prévue d’obtention du Bachelor of Science ;
  • les certificats de TOEFL et/ou GRE (voir la section TOEFL et GRE) ;
  • un dossier médical (très complet : prises de sang, radio des poumons…) ;
  • un plan de recherche personnel.
Le plan de recherche est censé présenter de manière précise le projet de recherche que l’étudiant va entreprendre au cours de ces deux années de Master. En effet, tous les Masters comportent au Japon une composante de recherche. Ce document est en fait davantage un exercice qu’un réel plan de projet. Il permet de juger la capacité de l’étudiant à planifier un projet sur une période de deux ans. Dans mon cas personnel, ce document n’a en rien déterminé mon projet de recherche effectif.

Comme il est précisé dans la section Les bourses japonaises, un étudiant ne peut postuler à la bourse du MEXT que par une seule voie. Concrètement, cela signifie qu’il a fallu que je choisisse si je désirais postuler à ladite bourse par l’Université de Tokyo ou par Keio University. Ma préférence portant sur le programme de l’Université de Tokyo, c’est par celle-ci que j’ai décidé de postuler à la bourse.

Compléter un dossier de ce genre peut s’avérer relativement long. Notamment, les examens médicaux doivent être réalisés suffisamment tôt pour être en possession des résultats en temps voulu.

Sélection

Les résultats de la première phase de sélection ont été publiés courant février. Ayant reçu un avis favorable des deux universités, j’ai rétracté ma candidature à Keio University.

Une seconde phase de sélection a alors débuté à l’Université de Tokyo. Celle-ci a consisté notamment en une suite d’entretiens par e-mails avec différents professeurs du département de Nuclear Engineering and Management. Il est à noter que certains professeurs préfèreront des entretiens par Skype, voire même un « réel » entretien à l’occasion du déplacement d’un professeur en France par exemple. Dan mon cas, les entretiens ont consisté en une série de douze questions posées par quatre professeurs. Les questions étaient en rapport avec mon projet d’étude et étaient plus ou moins techniques. Ce que testent les professeurs par cet exercice, ce ne sont pas les connaissances du candidat puisque celui-ci dispose de toute la documentation qu’il souhaite ; c’est plutôt sa capacité à formuler une réponse claire, structurée, complète et argumentée. Évidemment, les professeurs attendent également de la part du candidat des réponse rapides. J’ai obtenu le résultat de cette seconde phase de sélection au cours du mois de mars.

Note : cette deuxième phase de sélection présente un double enjeu. À l’issu de celle-ci, les étudiants acceptés au sein du programme seront nommés. Par ailleurs, quelques uns d’entre eux seront sélectionnés par l’Université qui soutiendra leur dossier de bourse du MEXT auprès du gouvernement japonais. Concrètement, cela signifie qu’ils recevront effectivement la bourse du MEXT, le gouvernement acceptant de manière quasi-systématique les dossiers soutenus par les universités.

Démarches post-admission

Une fois l’admission confirmée, il me restait quelques formalités à régler avant mon départ. Tout d’abord, il m’a été nécessaire de signer quelques documents et de les renvoyer à l’administration pour confirmer ma décision de suivre effectivement le programme à l’Université de Tokyo.

L’attribution de la bourse du MEXT par le gouvernement japonais n’a été officialisée que courant mai. À ce moment là, l’Université m’a fait parvenir les documents officiels signés du Président de l’Université de Tokyo et me permettant de déposer une demande de visa auprès de l’ambassade du Japon en France en tant que bousier du gouvernement japonais (文部科学省, monbukagakusho). Le visa est délivré en quelques jours et est valable pour les deux années d’étude.

En ce qui concerne le logement, l’Université propose un certain nombre de studios à des prix très intéressants. Le nombre de logements étant bien inférieur au nombre d’étudiants, il est nécessaire de constituer un dossier de demande. J’ai fait mon dépôt de  dossier courant juillet et les résultats ont été publiés fin août. J’ai eu la chance de me voir attribué un logement par l’Université. Se référer à la section Se loger à Tokyo pour plus de détails.

Enfin, en tant que boursier du gouvernement, l’Université s’est occupé d’acheter mon billet d’avion pour me rendre à Tokyo. La procédure a été effectuée courant août et j’ai reçu mon billet en septembre.

right_arrowleft_arrow

6 Réponses to “Mon Cas”

  1. Taupin Claire 24 février 2012 à 20:15 #

    Bonjour,
    J’ai trouvé votre blog par l’intermédiaire de http://www.france-japon.net/forumjapon/viewtopic.php?f=49&t=11369&sid=480577efb659d6111cc46adaa12d3c91 ce site.
    Je vais me faire un plaisir de continuer de lire vos écrits.

    Je vous contacte afin d’avoir une information. Je m’appelle Claire, j’ai 16 ans, je suis actuellement en 1ère S, je pense redoubler car mes notes ne sont à mon gout pas assez satisfaisantes, et je veux devenir ingénieur informatique (spécialisation Génie Système et programmation). J’aimerais réfléchir à un projet d’études au Japon, je veux y faire ma vie plus tard.
    Ma question principale est : Est il possible d’intégrer un cursus universitaire au Japon avec seulement un BAC S ? Je me permets de vous poser cette question car elle n’a pas trouvé de bonnes réponses sur le net.

    Merci à vous, Claire.

    taupin.claire@gmail.com

    • 2yearsintokyo 7 mars 2012 à 04:05 #

      Bonjour Claire,

      Désolé pour le retard de la réponse…

      Ta question porte sur les programmes « undergraduate » au Japon, c’est à dire les programmes d’études supérieures de premier cycle. D’après mon expérience, il existe peu de programmes undergraduate en anglais au Japon. Certains étudiants étrangers intègrent un cursus au Japon directement après le lycée, mais il s’agit en général de programmes entièrement en japonais et nécessitent donc de maîtriser la langue au préalable.
      La grande majorité des étudiants étrangers au Japon sont des étudiants « graduate », c’est à dire possédant déjà un bachelor (donc effectué 3 ou 4 ans d’études supérieures).

      Je reste à ta disponibilité si tu as d’autres questions. N’hésite pas à me contacter en privé.

  2. Un Marocain 16 juillet 2012 à 03:07 #

    Bonjour,
    Je suis un étudiant marocain désirant étudier au japon .D’ici 2 ans j’aurais ma licence en électronique je tiens a mentionner aussi que mes notes sont trop justes (mention:assez bien en bac et mention passable durant les 3 semestres universitaires )
    sachant aussi que dans le système dans mon pays une licence est délivré en 3 ans et moi je l’obtiendrai en 4 ans
    Est-ce possible de postuler a la bourse et au universités japonaises ?
    Merci

    • 2yearsintokyo 17 juillet 2012 à 13:49 #

      Bien sûr qu’il t’es possible de postuler à une université japonaise et à la bourse MEXT. Évidemment, ton admission dépendra de la qualité de ton dossier et de ton parcours, mais également de celle ton projet. Même avec un parcours « moyen », tu as tes chances d’être accepté si tu arrives à valoriser ton projet, d’après moi. Le plus difficile sera certainement d’obtenir la bourse MEXT, car c’est sur ce point que les critères sont le plus exigeants. Cependant, il est possible de partir étudier au Japon sans cette bourse (auto-financement, bourses privées, autres bourses japonaises…)

  3. Fabrice woukeng 10 septembre 2013 à 18:26 #

    Bonjour,
    c’est en faisant des recherches sur les bourses que je suis tombé sur votre blog ,
    je suis étudiant a l’université au cameroun, présentement j’entre en licence informatique et j’aimerais poursuivre plus tard dans un master en robotique étant passionné depuis par cette science qui n’est pas enseigné ici, j’ai eu un bac avec 11.5 pas tres bon , les 2 dernieres années universitaires j’ai eu environ 12.8 de plus jai 19ans et je voudrais savoir s’il est possible qu’apres lobtention de ma licence que lon moctroi une bourse (MEXT) pour continuer dans ce domaine tellement passionant(robotique) ?
    merci !

  4. Fabrice woukeng 12 septembre 2013 à 18:22 #

    salut,
    je suis un etudiant camerounais desirant postuler pour une bourse japonnaise ( MEXT ) cest en faisnt des recherches par rapport que je suis tombe sur votre blog et jy est trouver plein dinfos interessantes pour lannee 2014 jentre en licence informatique avec 19ans ayant eu des moyennes assez bonne aux niveaux precedents ( environ 12.5 ) jaimerais continuer dans un master en robotiaue et je trouve le japon vraiment meilleur cest ue passion pour moi dites moi avec ces infos est il possible que jobtienne une bourse delivree par le MEXT?
    Merci

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :